ACTUALITÉ

LES DERNIERS COMMUNIQUÉS DE L’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES :

74 femmes ont été tuées par leur compagnon depuis le début de l’année. Le 74eme féminicide a été commis à Perpignan il y a quelques jours. Ce ne sont pas des faits divers, ce ne sont pas des accidents, encore moins des “crimes passionnels” : c’est bien le machisme qui tue.

Parce que ces meurtres ne sont pas une fatalité : ils peuvent être empêchés, ces femmes protégées et les hommes violents arrêtés.

Nous attendons du Gouvernement et du Président de la république des mesures immédiates et de grande ampleur.

Nous appelons à un rassemblement mardi 9 juillet à 18h à la place de la victoire pour crier plus que jamais "protégez les !"

le Collectif Droits Des Femmes 66


TRAIN PRIMEUR EN SURSIS !

Seul rescapé du transport ferroviaire de fruits et légumes en France, le train des primeurs est un enjeu économique et écologique pour le département des Pyrénées-Orientales. Il est menacé de suppression.
Pour signer la pétition : maintien et développement du train des primeurs Perpignan/Rungis


SOUTIEN À NOTRE CAMARADE VIRGINIE

LUNDI 24 JUIN À 13h30 DEVANT LE TGI PLACE ARAGO

Le 17 mars 2016, à la deuxième journée de grève nationale interprofessionnelle contre la loi travail, notre camarade Virginie Malavergne, militante de Solidaires, après avoir distribué un tract de l’Observatoire pour le Respect des Droits et Libertés « l’état d’urgence, qu’est-ce que c’est ? », et pris quelques clichés de la manifestation, se voyait violemment interpellée par la police à la fin du cortège et mise en garde à vue pendant 24 heures.

Aujourd’hui, trois ans après ces faits, elle est convoquée au Tribunal de Grande Instance (TGI) pour répondre de l’accusation de résistance violente aux forces de l’ordre, armée… de son seul parapluie !

Face à une telle absurdité et un tel excès de pouvoir, nous appelons tou·te·s les citoyen·ne·s et les défenseurs·euses des libertés à venir
soutenir massivement Virginie lundi 24 juin à 13h30 devant le TGI de Perpignan place Arago, « armé·e·s » de leur parapluie.

____

Après avoir contesté la désignation de notre représentant syndical Sud Santé Sociaux devant le tribunal d’instance et avoir perdu, la direction de l’UNAPEI 66 tente maintenant de le licencier pour des motifs fallacieux, et a demandé l’autorisation de licenciement à l’inspection du travail.

Halte à la répression syndicale

Mardi 21 mai de 13H à 14H : rassemblement au foyer du Ribéral

|

46 avenue du Général De Gaulle à Saint-Estève.

Nous avons besoin de vous toutes et tous.

Rendez-vous sur place ou covoiturage : tél. 06 82 36 61 71.
Départ du local de Solidaires 66 à 12h15.

Merci de votre soutien.

Sud Santé Sociaux 66